Zoom sur le fétichisme

Le terme "fétichisme" provient de "feitiço", nom portugais signifiant "artificiel" puis par extension "sortilège", et servant à désigner les objets du culte des populations africaines. Au XVIIIème siècle, le terme se définit comme une forme de religion. C'est à la fin du XIXème que "fétichisme" désigne une forme de perversion en psychiatrie. On parle alors de "fétichisme sexuel".

 

Les origines du fétichisme sexuel

- Alfred Binet est le premier à élaborer une théorie sur le fétichisme en 1887. Il s'appuie sur un cas de fétichisme du bonnet de nuit lié à un souvenir de la mère. D'après lui, c'est l'expérience infantile qui détermine le fétichisme.

 

- La théorie élaborée par Sigmund Freud dans son ouvrage Fétichisme se base sur le même principe. En effet, selon lui, l'origine du fétichisme sexuel serait lié à un traumatisme pendant l'enfance, celui de la castration, vécu à la vision de l'absence de phallus chez sa mère. L'objet fétiche représenterait alors le phallus manquant de la femme.

 

- Quel que soit l'objet fétiche "choisi" par le sujet fétichiste, s'il lui est indispensable et nécessaire pour éprouver une satisfaction sexuelle, son comportement sera considéré par la psychiatrie comme une déviance. Dans tout comportement sexuel déviant, l'objet de la déviance est nécessaire à l'excitation sexuelle.

 

- La théorie freudienne rencontrant certaines limites, notamment dans le cas de fétichisme féminin où l'angoisse de castration est absente, Mélanie Klein, en 1930, élargit le concept de fétichisme à une dimension d'attachement et de séparation de l'objet maternel.

 

- Dans toutes les théories psychologiques et psychiatriques, le fétichisme est relié à une angoisse, un manque ou un traumatisme de l'enfance, et cette pratique sexuelle est souvent perçue comme une perversion. Cependant, les degrés de fétichisme sont très variables et, rassurez-vous, fantasmer sur les pieds de vos partenaires ne vous mènera pas à l'HP !

 

 

Les objets du fétichisme sexuel

fétichisme talonsLes objets du fétichisme sont très variés et peuvent être :

 

- Des matières : cuir, latex, dentelle, acier… – Des uniformes, des métiers ou des types de personnes : soubrette, pompier, femmes enceintes (maïeusophilie), asiatiques, femmes obèses ("fat admirer"), personnes âgées (gérontophilie)…

 

- Des situations ou des contextes : séquestration, naturisme, bondage, viol, possibilité d'être surpris…

 

- Des parties du corps : pieds, fesses, cheveux, anus…

 

- Des accessoires : sextoys, piercings, petites culottes, bas, cravache, lunettes…

 

La liste étant très longue, et certains fétichismes assez "hard" (gérontophilie, handicaps…) relevant davantage de la psychiatrie que du jeu érotique, centrons-nous sur quelques cas "softs" et assez incongrus :

 

- Le fétichisme des pieds : souvent vu comme un substitut phallique à cause de sa forme, le pied est un symbole sexuel évident. Les fétichistes des pieds peuvent expérimenter des jeux sexuels (pénétration, masturbation), ou simplement aimer à les regarder et les caresser, ainsi que les objets qui y sont associés (bas, chaussettes, bottes, escarpins à talons hauts…)

 

- Le fétichisme du cuir : ce fétichisme peut être sexuel lorsque la seule vue de cette matière provoque une excitation, il est souvent associé aux pratiques sado-masochistes. Les personnes attirées par le cuir aiment son odeur, son aspect moulant, et l'effet bestial de la seconde peau. Des événements organisés chaque année autour du cuir réunissent les fétichistes du cuir (Folsom Street Fair de San Francisco et de Berlin).

 

- Le fétichisme des vêtements : ces vêtements sont en général d’un type bien particulier. Certaines personnes peuvent être attirées par les costumes de gendarmes, d'autres par des guêpières, tandis que d'autres fantasmeront sur des déguisements : le Kigurumi (qui existe essentiellement au Japon) consiste par exemple à se déguiser en personnage féminin de manga en portant un masque et une combinaison intégrale moulant le corps.

 

- Le Zentaï : c'est une combinaison en élasthanne recouvrant le corps intégralement. Le fétichiste du Zentaï est excité par la sensation que lui procure cette tenue, ainsi que par la vision de cette seconde peau. Au Japon, ses adeptes se réunissent, ils portent tous cette combinaison et se regardent, se caressent, se frottent, mais jamais ne l'enlèvent pour passer à l'acte sexuel.

 

- Le fétichisme des ballons : baptisés "looners", ces fétichistes (principalement des hommes), éprouvent une fascination pour les ballons qui leur procurent une excitation sexuelle. Le degré de fétichisme varie, certains aiment les faire éclater, d'autres aiment voir leur partenaire les gonfler…Il y a donc parmi ces fétichistes les "gonfleurs", les "exploseurs". D'autres pratiquent le "boinking" : mettre un ballon sous son sexe et rebondir dessus.

 

- Le fétichisme des cheveux : il existe plusieurs types de fétichisme des cheveux. La "tricophile" se définit comme l'attirance envers des personnes très chevelues et/ou très poilues. Il existe différents types de fétichistes des cheveux : par exemple, certains hommes se masturbent en entourant de longs cheveux autour de leur pénis, d'autres aiment à éjaculer dans la chevelure de leur partenaire, et certains, plus extrêmes, coupent les cheveux (nattes, queues-de-cheval) et les collectionnent…

Laisser un commentaire :


Vous devez être inscrit ou vous reconnecter pour laisser un commentaire.