J’ai couché avec ma patronne

Je m’appelle Dylan. Je viens d’intégrer une grosse société d’informatique, comme programmateur. Mes horaires sont serrés parce que ma patronne est très à cheval sur les délais pour rendre nos projets. Elle est sans doute la personne la plus stricte que j’au pu rencontrer. Elle n’autorise pas les hommes à fumer, les filles à bavarder longtemps au téléphone. Et elle veut que tout le monde soit à l’heure.

De plus, tous mes collègues vivent dans une sorte de terreur à cause de sa sévérité. Par chance pour moi, j’ai toujours été dans ses petits papiers. J’ai toujours fait mon travail dans les temps, résolu des problèmes parfois complexes et je lui ai toujours montré du respect. A la différence d’anciens salariés qui la voient avec des yeux méprisants.

Ma patronne est plutôt pas mal. 1,70 m, jolie, une très longue chevelure et assez excitante dans sa jupe et chemisier de travail. Plusieurs personnes ont essayer de la draguer mais sans succès. Elle est connue pour n’avoir que des rapports strictement professionnels avec les gens du bureau.

En fait, un ancien s’est pris un méchant râteau devant tout le monde en se montrant un peu trop familier avec elle. Depuis ce jour, aucun homme de la société n’a essayé de s’approcher d’elle. Les filles la considèrent comme une salope prétentieuse et les hommes en ont vraiment peur.

Une rumeur prétend qu’elle aurait, depuis 9 ans, une relation avec un type travaillant pour la défense. Mais on n’en a jamais eu aucune preuve.

Etrangement, elle a toujours été gentille avec moi.

Un jour, j’ai oublié d’apporter mon déjeuner et elle m’a offert le sien, ce qui était un geste de sympathie très rare chez elle. Elle me répondait toujours avec un sourire et parfois elle posait même une main sur mon épaule. Qu’importe ce que tout le monde pouvait dire, que pouvais je dire d’autre qu’elle était stricte à l’extérieur et douce à l’intérieur.

Un jour, je restais tard au bureau pour terminer un projet dans les temps. Presque tout le monde était parti. Je terminais mon travail  vers 2 heures du matin quand j’entendis une femme sangloter dans une autre pièce. Je me dirigeais rapidement vers le bruit pour découvrir ma patronne en larmes.

Je lui demandais ce qu’il se passait. Mais elle ne dépondit pas. Je posais mon sac, lui apportais un verre d’eau et lui donnais une petite tape amicale sur l’épaule. Elle pris le verre d’eau comme un enfant obéissant et se mis à me raconter son histoire.

Elle était fiancée avec un homme depuis 9 ans, mais il ne voulait pas de mariage. Quand elle abordait la question du mariage, il disait toujours avoir besoin de temps pour sa carrière et qu’il ne pouvait pas s’engager avant d’être stable professionnellement. Même s’il gagnait bien sa vie.

Récemment, il déclara que ses parents avaient trouvé une charmante jeune femme et qu’il allait l’épouser.

Elle était bouleversée de voir qu’un homme avec qui elle avait passé une partie de sa vie pouvait partir comme cela. Elle me dit lui avoir tout donné, son corps, son argent. Elle s’était même faite avorter pour lui. Malgré tout, il la larguait.

Elle tremblait de tout son corps. Je m’apitoyais sur sa condition. Pour la consoler, je pris doucement son visage entre mes mains et déposais un petit baiser sur des jolies lèvres rouges. Elle ne réagit pas. Pour sécher ses larmes, je l’embrassais à nouveau. Mais cette fois, ma langue se glissa dans sa bouche. Maintenant elle était consciente, respirant profondément.

Elle me fit un sourire. Profitant qu’elle ne me repoussait pas, je me penchais pour embrasser son cou, mes mains glissaient sous son chemisier pour trouver sa poitrine. Je continuais ainsi pendant 5 petites minutes.

Elle était du coup, totalement excitée. En fait elle rougissait et ne pouvait pas me regarder. Elle était totalement sous mon contrôle. Je déboutonnais son chemisier et le retirais en un seconde, puis mes mains glissèrent pour défaire sa jupe que je faisais glisser au sol.

Elle était vraiment magnifique en lingerie, je la fis se lever et commençais à embrasser son nombril alors que mes mains jouaient avec ses seins. De son nombril, je remontais à nouveau vers son cou et l’embrassais avec fougue.

Je la tenais serrée, ouvrait le crochet de son soutien-gorge. Elle était choquée mais ne pouvais pas réagir. Intimidée, elle mis ses mains sur ses petits seins. Mains que j’écartais pour voir ses jolis nichons. Ils étaient ronds et fermes. J’en pris un dans ma bouche et commençais à le sucer comme un enfant affamé. Je continuais à les sucer jusqu’à ce que les tétons deviennent totalement rouges.

Ensuite, j’allais à ses lèvres pour l’embrasser à nouveau, je mordillais ses lèvres. Elle poussa un petit cri mais ne me repousse pas.

Je l’allongeais sur le bureau et me plaçais au dessus d’elle. Je retirais sa culotte et en quelques secondes, mon sexe était dans la sien. Rapidement, elle écarta les jambes pour mieux m’accueillir. Je continuais les va et vient en elle. En la regardant droit dans les yeux et en continuant de la baiser ainsi, je lui demandais de m’épouser. Elle me répondit « Quoi ? » Et je lui redemandais, pensant que j’allais continuer de la bourrer ainsi jusqu’à ce qu’elle accepte. Elle rigola et me dit « Oui ».

Avec cette réponse je lui donnais un long baiser langoureux tout en lâchant une grosse quantité de sperme en elle.

Apres cette rencontre quelque peu surprenante,  nous sommes rentrés chacun chez soi.

Bientôt je rencontrais ses parents, elle rencontra les miens et en un mois nous fumes mariés. Nous avons un garçon de deux ans et repensons toujours en rigolant à notre première fois au bureau.

Laisser un commentaire :


Vous devez être inscrit ou vous reconnecter pour laisser un commentaire.