Première expérience bisexuelle en plein air avec un couple échangiste

Ne me demandez pas ce que je viens foutre la nuit sur cette plage du sud de la France.
Si vous connaissiez l'endroit exact, vous auriez connaissance des mœurs et des drôles de manèges qui s'y déroulent, sur le sable, les soirs de douces chaleurs.

Nous sommes donc en plein mois de juillet, et cette plage naturiste qui permet à des centaines de familles et de couples de bronzer intégralement chaque jour, se transforme alors en une sorte de lieu de rendez-vous de tous les pervers de la région lorsque le crépuscule saisit de sa noirceur l'endroit.

Évidement, si vous me connaissez comme certains, vous ne vous offusqueriez pas de me retrouver parmi ces petits désaxés lubriques, un sac sur le dos et prêt à bondir sur la première proie consentante qui se présente.

Cet endroit se remplit, au fur et à mesure que la nuit avance, d'individus solitaires qui se foutent à poil pour bronzer sous les rayons de la lune.
Le bain de minuit commence souvent dès 22 heures par ici mais il n'est qu'un alibis qui ne trompe plus personne. Tout le monde est là, à tourner sans dire un mot, pour simplement se préparer à profiter de toutes sortes de propositions indécentes qui lui convienne.

Moi par exemple, je suis ce qu'on appellerai une « bite mise à disposition ».
Mon plus grand souhait serai de tomber sur une nana en manque de queue, qui passerai par là, toute seule, et qui aurai subitement envie de pomper une bonne bite avant d'aller se coucher.
Mais il ne faut pas trop rêver.
Les femmes seules se font rare par ici.
Ce coin est plutôt bondé de gros cochons, principalement homos, qui se tournent autour avant de s'emboîter dans les fourrés comme des légos.

On peut cependant caresser l'espoir d'avoir de temps à autre un couple échangiste où monsieur souhaiterai offrir par exemple à madame, la permission de faire un petit écart avec le sexe d'un autre pour fêter leur anniversaire de mariage.

Ma technique est simple : je me fou à poil, appuyé sur ma serviette de bain accroché à une barricade de bambous qui délimite le terrain naturiste sur la plage et attends tout simplement, à la manière d'un pêcheur qui tend une ligne, qu'un couple morde à l'hameçon.

Je me propose ensuite de donner du plaisir avec ma langue à madame ou à lui offrir ma belle queue pendant que monsieur regarde.
Et ce jeudi soir, on dirai que la chance tourne car je vois deux ombres au loin s'approcher de moi en longeant le bord de mer.

La lune éclaire discrètement un couple qui s'arrête alors à quelques mètres puis après un timide « bonsoir » s'approche encore plus près de moi.

Le gars, la cinquantenaire et très mince, tient par la main sa femme qui ne manque pas d'attirer subitement mon attention.

Elle à environ la trentaine, brune aux cheveux mi-longs avec des yeux en amandes, un peu ronde mais juste ce qu'il faut pour pas la casser en deux si je décide de la retourner sauvagement.
Je devine sous une petite tunique estivales noire une belle paire de seins bien généreuse.

 

 

 

 

Elle est radieuse et me sourie à pleine dent.
Elle fixe alors, discrètement et amusée, ma bite qui pendouille et commence déjà à gonfler alors que son homme me demande si l'eau est bonne.

Tu parles d'une approche bateau ! Mais ce n'est qu'un début, une amorce, un préliminaire aux vraies questions que se lancent les habitués de l’endroit.

Je lance le début des festivités.

« -Vous êtes du coin ? » Sous entendu « vous connaissez les particularités de ce coin réputé pour les rendez-vous lubriques ?»

« -Oui nous sommes de six-four, et toi ? » sous entendu « toi aussi tu sais qu'on est pas là pour venir se faire dorer la raie du cul sous les rayons de la lune »

« -oui je suis d'ici même. Et vous cherchez quoi exactement ? »

Le couple connaissait déjà la question avant que je la pose et j'avais forcément la réponse avant qu'il me réponde.. Mais une petite anomalie se plaça pour une fois dans le dialogue.

« On recherche un mec Bi pour madame…et moi »

Je me racle un peu la gorge.
Jusqu'à ce soir, je n'ai jamais vraiment eue l'intention de toucher ou me faire toucher par un homme. Je suis un hétéro à 100 % et n'ai prévu dans mon programme des réjouissances de cet été, que de procurer du plaisir à madame et uniquement à madame.

Je leur fait comprendre que je ne suis là que pour les femmes, priant intérieurement que le type fasse abstraction de ses besoins pour me livrer en cadeau à sa dulcinée.

Mais mon espoir s'échappe aussi vite que ce qu'évapore un compte en banque lorsqu'on confie une carte bleue à une fille du coin, au moment où la femme ajoute :

« -ce que je veux c'est m'amuser avec une belle bite comme la votre, la sucer et la partager avec mon mari ».

Le fait de l'imaginer me pomper la tige commence à réactiver ma queue qui commence à bouger. Heureusement qu'elle est là pour rattraper le coup la petite cochonne.

Après tout, je n'ai qu'à fermer les yeux. Je regarde alors son mec et de la tête lui fait comprendre que je suis d'accords pour tenter cette expérience.
Ils s'abaissent tous les deux au niveau de ma bite qui est déjà au garde à vous. Monsieur, commence alors à saisir mes couilles avec ses mains et me les caresses alors que sa femme saisie ma verge de sa main et commence à me branler.

Elle me balance quelques coups de langues et tend ma teube au type qui commence à l'avaler avec gourmandise.
Elle me fixe du regard, super heureuse et me caresse les cuisses pendant que lui continue à me pomper le dard comme si c'était le dernier de sa vie qu'il aurai l'occasion de bouffer.

Il le sort de sa bouche et le tend à sa chérie qui à son tour me le bouffe en prenant soin de ne pas aller trop vite.

Ma bite n'a jamais été aussi dure !
Ce couple libertin qui me pompe la queue à tour de rôle me fait alors réaliser que j'ai été plutôt con de m'abstenir de partager ce genre de moments intimes avec des mecs jusqu'à présent…surtout avec les occasions que j'aurai pu avoir sur cette plage fréquentée par un paquet d'homos les jours où je suis en manque et que je ne trouve rien pour m'aider à me

 

 

 

 

vider les couilles.

 

 

 

 

Le gars me demande de lui saisir la tête et de lui enfoncer « mon dard » au plus profond de son gosier.
La femme retire mon sexe de sa bouche et le saisit puis le fourre dans celle de son mari, pendant que je m’exécute en lui enfonçant ma matraque au plus profond de ses envies.

Je lui balance des coups de reins interminables et très violent, de manière à baiser sa gorge, de la même manière que je limerai une bonne chatte.
C'est alors que je commence à sentir la jouissance m'envahir lorsque je vois ses yeux légèrement humides, à la limite en pleurs.

Il est à deux doigts de s 'étouffer avec cet énorme engin et son envie trop ambitieuse de vouloir tout avaler me flatte et m'excite.
C'est un sacré vorace ce gus !

Je me retire sentant que je vais éjaculer, afin de ne pas l'étouffer et alors qu'un long filet de sa bave dégouline de mon gland rougi par son frottement contre ses amygdale, je me met à cracher ma semence sur les deux visages ravis et aux anges qui n'attendaient que ça.

Le couple se lève, s'essuie mutuellement la face avec un petit mouchoir, puis me remercie de leur avoir fait partagé ma bite « agréable ».
Je ne manque pas de leur rendre l'appareil en les invitant à revenir aussi souvent que possible sur cette plage qui restera jusqu'à la fin de l' été, et à plus forte raison depuis ce soir, mon chef lieu officiel des rendez-vous coquins quotidiens nocturnes.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire :


Vous devez être inscrit ou vous reconnecter pour laisser un commentaire.

1 commentaire » Première expérience bisexuelle en plein air avec un couple échangiste

  1. Duaner

    Par Duaner le 8 avril 2018 à 13h43

    tres jolie

Laisser un commentaire :

Vous devez être inscrit ou vous reconnecter pour laisser un commentaire.