Adanowsky, un clip porno surréaliste avec Stoya

Le sexe a toujours fasciné les artistes. Peintres, sculpteurs, cinéastes, écrivains, tous à un moment ou un autre de leur œuvre, ils abordent la question de la sexualité.

Pour Adanowsky, musicien et réalisateur d’origine chilienne et vivant à Paris, la question de la sexualité devrait être un acte normal dont tout le monde peut parler . "Nous sommes des êtres avec des désirs et c’est normal. Nos parents baisent, nos enfants baisent, c’est la nature de l’homme… C’est en parlant dans la famille que nous aiderons le monde à cesser la répression sexuelle. Le sexe est l’origine de notre existence. Nous sommes le fruit d’une baise. Alors pourquoi ne pas en parler? » déclarait-il récemment à propos de la sortie du clip de son dernier morceau "Would you be mine".

Un morceau qui fait un peu polémique parce qu’on y voit le musicien dans des ébats sexuels avec l'actrice X Stoya. Banal penserez vous, quand on voit du sexe un peu partout. Mais la raison de cette polémique tient sans doute à trois éléments qui pourraient choquer certains.

 

 

Le premier élément est qu’il a préparé ce clip avec son père alors que parler de sexe avec ses parents n’est pas vraiment dans les habitudes, voire un tabou. Ensemble ils ont pensé le clip, parlé de la sexualité dans la société, des premières fois. Il faut dire pour sa défense que son père n’est pas n’importe qui. Il s’appelle Aljandro Jodorowky et est un célèbre cinéaste chilien, qui a connu son heure de gloire en fréquentant les surréalistes, en collaborant avec Luis Buñuel et réalisant des films d’avant garde dont « La montage sacrée »  avec John Lennon et Yoko Ono. Jodorowski a même fait un film avec son fils en 1989 qui lui avait même valu un prix dans la catégorie  révélation aux Saturn Awards, un festival américain de films de science-fiction, fantastique et horreur ? 26 ans plus tard, le père et le fils se retrouve pour quelque chose de beaucoup plus érotique mais toujours avec une influence surréaliste.

Le deuxième élément qui peut choquer est l’actrice avec laquelle il tourne cette scène. Elle s’appelle Stoya et est une actrice porno américaine que l’on a pu voir dans de nombreux films de Digital Playground. Et l’on sait que le mélange des genres reste là encore un peu tabou. Mais Adanowsky voulait une actice X dans son clip, la filmer dans un univers poétique en opposition au côté brutal, animal et surjoué des films porno. Et comme le déclarait le musicien « Je voulais apporter de l’art dans l’industrie du sexe. Le sexe est artistique. Je voulais faire une scène de sexe comme on n’en voit pas souvent. J’ai essayé et je me suis bien amusé. »

Enfin le troisième élément, c’est sans doute ce crucifix qu’il plante dans les fesses de l’actrice. Le réalisateur se défend de tout blasphème affirmant "Pour moi ce n’est pas le Christ, c’est un bout de bois. Le Christ n’a jamais dit ‘je suis un crucifix’  Je n’insulte pas Jésus, je pointe le doigt sur les hommes qui ont créé une illusion. La religion a été déformée de manière honteuse par les hommes. On pense comme il y a 1000 ans, il faudrait changer de morale…"

Pour le reste, en regardant ce clip, à vous de trouver les nombreuses références qu’elles soient surréalistes, japonaises ou plus simplement pornographiques.

 

 

Ajouter un commentaire »
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Qu'avez-vous pensé de cet article ?)

Laisser un commentaire :


Vous devez être inscrit ou vous reconnecter pour laisser un commentaire.